Tomber sept fois, se relever huit, de Philippe Labro


Salut tout le monde,

Aujourd’hui, je voulais vous parler d’un livre qui s’intitule Tomber sept fois, se relever huit et qui a été écrit par Philippe Labro. C’est un auteur que j’affectionne tout particulièrement. J’ai d’ailleurs lu la plupart de ses romans.

1. Les informations techniques.

– Titre : Tomber sept fois, se relever huit..
– Auteur : Philippe LABRO.
– Éditions : Folio.
– Genre : contemporain.
– Nombre de pages : 244 pages.
– Date de publication : octobre 2005.

2. L’histoire (quatrième de couverture).

« C’est arrivé subrepticement, sournoisement, sans prévenir, une vraie saloperie, une lente et insidieuse pénétration. Je suis l’esclave d’une chose indéfinissable qui est en train de me détruire et je lui obéis sans aucune résistance.
« Quelque chose a changé ». Ce « quelque chose » n’est autre que le début de la plongée dans une dépression nerveuse dont le célèbre romancier a été victime.
Dans un récit vécu, sas fard ni concession, l’auteur de La traversée raconte ce que signifie perdre le désir, l’énergie, la passion, l’estime de soi. Avec un style intime, conduit par le souci authentique de restituer « cette tristesse sans larmes » et de « dire comment c’était », selon la formule de ses maîtres en écriture, Hemingway et Hugo, Philippe Labro évoque les effets de « la broyeuse » qui vous ronge le ventre.
Mais ce témoignage unique, porté par le souffle de l’écriture, constitue aussi une éclatante affirmation de la force de la vie et de l’amour ».

tomber-sept-fois-se-relever-huit-philippe-labroCrédits photo.

3. Mon avis.

– J’avais entendu beaucoup de bien de ce roman et j’avais très envie de le lire. Ce roman traite en effet d’une thématique intéressante, à savoir, la dépression. C’est un sujet un peu tabou dans notre société. Aussi, ce livre me semblait essentiel pour mieux comprendre les personnes qui souffrent de cette maladie – parce que c’est bel et bien une maladie.
Selon l’auteur, 1 français sur 5 connaîtrait la dépression. C’est une maladie difficile mais l’auteur nous délivre un message d’espoir : il est possible de s’en sortir. « Je vais dire aussi qu’on peut s’en sortir, qu’on peut remonter, que la brisure se referme » (page 17).

– L’auteur décrit ses symptômes et ses émotions. Tout pour lui est un effort. Il n’a envie de rien. Il pense d’abord avoir un problème au cœur, mais il n’en n’est rien. Il croit ensuite faire illusion dans le monde qui l’entoure. Mais une fois de plus, il se trompe. Autour de lui, personne n’est dupe. « Aveugle et sourd au spectacle de ma propre brisure, je m’imagine que je donne encore le change » (page 30).
– Peu à peu, le lecteur suit sa décente aux enfers. Le romancier ne mange plus, ne dort plus ; tout l’écœure. Il survit tant bien que mal et ne parvient plus à pleurer. « Tristesse et isolement ne sont pas sujets de larmes. C’est une tristesse sèche, un isolement aride, un chagrin stérile » (page 47).
– L’auteur tente aussi l’acupuncture pour guérir, sans succès. « Après tout, pour guérir, il faut être deux » (pages 56-57).

– Philippe Labro fait de superbes portraits physiques et moraux. J’ai adoré les passages de description. L’auteur a un don pour l’écriture, sans nul doute.
– Pour tenter de guérir, il prend des anti-dépresseurs. « Vous êtes recouvert par l’anti-dépresseur, dominé, chapeauté et plombé » (page 131). L’auteur se sent mou et endormi. Sa vue est trouble ; il a le sentiment de ne plus reconnaître les personnes dans la rue.
– Heureusement, de rares amis viennent lui rendre visite. « Un ami, pour moi, à partir d’une certaine durée d’amitié, à partir de certaines épreuves communes, devient un frère » (page 61).

– Durant sa chute, le romancier a parfois des idées noires. Il pense même au suicide – sans toutefois passer à l’acte.
– L’auteur ne s’habitue pas aux effets secondaires des médicaments. « Au fond de moi, il y avait le vide, le désespoir quotidien » (page 139). Le romancier ne parvient plus à aimer le monde qui l’entoure. « C’est que je ne peux ni ne veux voir ou apprécier ce qui m’est offert : le bleu, le corail pulvérisé en plages roses, les parfums salés et le bruit du vent, le chant de l’eau sur les flancs du bateau […] » (page 152). Philippe Labro décrit les paysages à la perfection. Ces passages sont des purs moments de bonheur. La plume de l’auteur est en effet fluide, douce, légère et aérienne. Je suis restée scotchée à ses mots : de la magie et de la poésie.

– Après ces douloureux instants, l’auteur revient peu à peu sur la voie de la guérison. Il a faim et il reprend goût à la vie. « Votre guérison est invisible, inaudible » (page 177). Il puise dans ses ressources personnelles pour se sentir mieux. « A tort ou à raison, je crois que nous possédons une dose incalculable de ressorts internes, de mécanismes salvateurs » (page 186).
°°° Vous l’aurez compris, je vous recommande vivement la lecture de ce roman. Il est non seulement instructif mais il est également écrit avec finesse. Chapeau l’artiste et merci pour ce beau témoignage !

4. En bref.

– J’ai beaucoup apprécié ce roman et je vous le conseille, bien entendu. C’est un petit bijou qui vous aidera à mieux comprendre de quel mal souffrent les personnes atteintes de dépression. Ce livre mêle en effet réflexion et chemin vers la guérison : un bien joli message d’espoir.
– Il aide à mieux comprendre les personnes passées par cette douloureuse épreuve alors n’hésitez pas le lire. Tout le monde devrait être sensibilisé à ce mal.

Voilà pour aujourd’hui !
J’espère que cet article vous aura plu !

~~ Et vous, avez-vous lu ce livre ?
~~ Si oui, qu’en pensez-vous ?
~~ Si non, pourrait-il vous intéresser ?
~~ Pensez-vous que la société devrait davantage parler de la dépression ?

Je vous souhaite une bonne journée, merci pour vos adorables commentaires !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires sur “Tomber sept fois, se relever huit, de Philippe Labro

  1. Penses-tu qu’il serait aidant pour quelqu’un qui y est, dans la dépression ?

  2. je ne connais pas du tout l’auteur, mais ce livre me semble très intéressant, je le note 🙂
    merci de la découverte, ma belle
    bisous

  3. Pas attirée pour le moment mais c’est un bon auteur donc plus tard pourquoi pas. 🙂

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer