Comment gérer et mieux vivre son hypersensibilité ?


Découvrez vite des conseils ainsi que des astuces pour mieux gérer et mieux vivre son hypersensibilité au quotidien !

Hello tout le monde,

Je vous retrouve aujourd’hui pour la suite de mon 1er article sur l’hypersensibilité ! Cet article contiendra notamment des conseils pour mieux gérer son hypersensibilité 🙂
So, let’s go !

Comment gérer et mieux vivre son hypersensibilité ?

– Dans cet article, nous allons continuer à parler hypersensibilité mais aussi se centrer sur les solutions et les astuces qu’il est possible de mettre en place pour se sentir un peu mieux au quotidien 🙂
– Pour rappel, pour lire le 1er article relatif à l’hypersensibilité, rendez-vous juste là !
– J’en profite une nouvelle fois pour remercier les personnes qui ont bien voulu témoigner dont Natie du blog Le petit monde de NatieAK.

Découvrez vite des conseils ainsi que des astuces pour mieux gérer et mieux vivre son hypersensibilité au quotidien !

As-tu des périodes de stress ou d’angoisse ? Et si oui, comment fais-tu pour les gérer et faire redescendre la pression ? As-tu des astuces pour mieux le vivre ?

– Fréquemment. Tout est source de stress. Le simple fait d’aller à un rdv et de ne pas arriver en retard est un stress. Et je me dis, pour mon entourage, que je dois être un calvaire. Les vacances par exemple. Prendre l’avion ou le train. Et si je le rate ? S’il y a du retard et que je loupe la correspondance ? Si je perds ma valise ? Si ma valise est trop lourde ? Et si j’ai pas pris assez d’argent ? Si le gars de l’agence n’est pas là ? Une source de détente devient source de stress.

Des symptômes physiques.

Crise d’angoisse et spasmophile depuis l’adolescence. Si je suis au restau mais que l’emplacement ne me convient pas, ça me stresse et j’angoisse. Et ma famille me traite de chieuse, gamine pourrie gâtée. J’ai eu longtemps peur de la foule et encore maintenant il m’arrive d’être mal à l’aise si je rentre dans un bar par exemple et qu’il y a beaucoup de monde. Il suffit de me dire qu’on peut se faire couper les doigts au patin à glace pour que cela devienne une phobie et que je n’en fasse plus.
– Je rajoute aussi que selon mon ostéo j’ai le corps de robocop et Pinocchio. Tous ces stress me crispent et j’ai des douleurs horribles. Digestion très mauvaise. Migraines constantes. Nuque raide. Bref je passe ma vie chez les médecins 🙂 Mais pour eux c’est le stress et ils n’ont jamais cherché à comprendre plus loin et on m’a baladée de spécialiste en spécialiste.
– Je n’y arrive pas mais je fais semblant. Personne ne sait que j’ai peur de conduire. Si on me propose de faire du patin à glace et bien j’y vais. Finalement, je n’en meurs pas mais je suis épuisée en fin de journée.

Quelques astuces pour faire redescendre le stress.

– J’ai parfois l’impression que plus le temps passe, et plus j’angoisse facilement. Quand j’étais petite (collège, lycée) j’étais quelqu’un de très calme. J’étais même perturbée par ces personnes qui faisaient des crises d’angoisse, et qui, justement, n’arrivaient pas à se contrôler. Aujourd’hui, j’angoisse plus souvent. Et surtout, si je commence à pleurer, ça peut durer très longtemps.
– J’ai la chance d’avoir une famille et un entourage qui savent me contrôler et m’aider à respirer, à me calmer. Mon chéri sait ce qu’il a à faire et ça marche toujours. J’ai aussi découvert que l’huile essentielle de menthe poivrée me faisait vraiment du bien, donc j’ai toujours un petit roll-on sur moi. Si jamais ça arrive le soir, je fais tout ce que je peux pour me changer les idées avant de dormir. Sinon, impossible de fermer l’œil. Je fais partie de ces gens qui ne mettent jamais leur cerveau sur pause, je suis constamment en train de réfléchir. Les ASMR ont changé ma vie de ce côté-là.

– J’essaie de m’en préserver un maximum en m’entourant de bonnes personnes, mais malheureusement cela arrive de ressentir des moments d’angoisse. Cela va être dû à une accumulation de petites charges émotionnelles qui vont soudainement exploser. Comme il n’y a aucun signe annonciateur chez moi, ça rend la chose compliquée. En général, le stress va s’exprimer la nuit avec des “pointes au cœur” : je prends alors du menthol fort (ça fonctionne très bien sur moi) et je me coupe de tout.

Parviens-tu à regarder des films ou des séries avec de la violence ou évites-tu au maximum ?

– Alors les films d’horreur ou à suspense je ne peux pas. Les films violents oui, mais je tourne souvent la tête.

– La violence dans les films ne me dérange pas trop s’il s’agit de fiction. Le gentil héros qui tue le méchant à la fin, ça ne me dérange pas. En revanche, pour tout ce qui est histoire vraie (ou inspirée de faits réels), c’est beaucoup plus dur. Une torture pour quelqu’un qui, comme moi, qui adore les films historiques et les documentaires !

– C’est assez étonnant car les films avec de la violence ne vont pas forcément me toucher. Par contre, je peux pleurer comme une madeleine devant des scènes du quotidien qu’elles soient tristes ou heureuses.

Certains bruits te fatiguent-ils ?

– Je n’y avais pas spécialement réfléchi mais effectivement, je suis plutôt en recherche d’un environnement calme, le bruit me fatigue la plupart du temps.

– Les bruits de sirène. Les crises d’enfants dans les écoles. Les bruits sourds (ventilation ou rétroprojecteur). Au bout d’un moment, j’arrive à me concentrer pour passer outre.

– Je n’ai pas de soucis avec les bruits

Découvrez vite des conseils ainsi que des astuces pour mieux gérer et mieux vivre son hypersensibilité au quotidien !

Parfois te sens-tu seule même si tu es entourée ?

– Souvent. Je ne me sens pas comprise je n’ai pas les mêmes besoins que mon entourage ou la même façon de voir les choses. Parfois les gens me fatiguent je dois m’isoler, mais je me sens vite seule et c’est une spirale infernale.

– Ça a pu m’arriver quand j’étais vraiment triste… Mais comme beaucoup de gens je pense. Quand j’étais au collège, j’avais des soucis avec pas mal d’élèves. Je vais même le dire, ils m’ont violentée et harcelée pendant des mois et des mois. Je n’ai rien pu dire à personne, et ça a mis très longtemps à se terminer. J’étais très bien entourée, et pourtant si seule.

– Ce qui peut désappointer, c’est le fait de ressentir intensément ce qui nous entoure, alors que notre famille n’a pas du tout cette perception. J’ai appris à faire avec et avec le temps accepter ma différence. J’ai la chance de ne pas avoir besoin de monde pour être bien : je suis une solitaire. Est-ce une conséquence de mon hypersensibilité ? C’est possible !

As-tu l’impression que certains confondent hypersensibilité et susceptibilité ?

– Oui. Si on me fait une remarque blessante par exemple, on me dit que je suis susceptible ; mais pour moi ce n’est pas de la susceptibilité mais bien de la sensibilité.
– Je n’ai pas d’exemple qui me vient en tête. Disons que ma confiance en moi qui est déjà très faible est blessée.

– En ce qui me concerne, personne ne m’a jamais dit que j’étais susceptible donc je ne pense pas. Après c’est sûrement arrivé à d’autres.

– Au sein de ma famille, on connait et comprend mon hypersensibilité. Ils ne sont pas étonnés de me voir pleurer devant un événement anodin.
– Par contre, en dehors de mon cercle, mon hypersensibilité peut être confondue avec de la susceptibilité. Peu de personnes comprennent que dans le premier cas, ce sont nos sens qui amènent à cette hypersensibilité, alors que dans le second cas, c’est la sensibilité à la critique qui est la cause de la susceptibilité. Concrètement, dans la vie de tous les jours, ça peut être très facilement confondu.

Comment tes proches et ton entourage vivent-ils ton hypersensibilité ?

– On me traite de bipolaire. 😉

– Il faudrait leur demander à eux, mais je pense que parfois, ce n’est pas facile. Quand je pleure devant un film ils trouvent ça mignon… Mais si j’explose après m’être retenue des mois, c’est plus compliqué pour eux. Souvent, dans ces cas-là, ils sont obligés de me “tirer les vers du nez”. Si je ne dis rien, ça peut durer très longtemps. Parfois, ça se traduit même par des symptômes physiques : fatigue, nausées… C’est ce qui les alerte. Je vois que c’est dur pour la personne qui le vit au quotidien avec moi, mon chéri. Parfois, je me rends aussi compte que pour me “protéger”, mes proches ne me disent pas certaines choses. Ils pensent que je préfèrerais ne pas savoir. Ce qui est compliqué pour moi, car je me sens mise à l’écart dans ces cas-là.

L’hypersensibilité fait partie de moi, de ma personnalité : ils ont appris à la reconnaître et à ne pas s’en inquiéter. D’ailleurs, mes enfants conscients de l’existence de l’hypersensibilité ont développé une certaine bienveillance face aux personnes qui expriment leur sensibilité car ils savent combien cela peut être difficile à vivre au quotidien.

En bref. Comment mieux vivre son hypersensibilité ?

– Vous l’aurez compris, l’hypersensibilité n’est pas une maladie, loin de là, mais ce peut être difficile à vivre. Parvenir à se décentrer peut parfois permettre de prendre les choses un peu moins à cœur ou de façon moins intense et sur le long terme, cela peut mener à de l’apaisement 🙂
– Aussi, l’huile essentielle de menthe poivrée comme le menthol et l’ASMR peuvent aider à respirer plus calmement et à se détendre un peu.

Découvrez vite des conseils ainsi que des astuces pour mieux gérer et mieux vivre son hypersensibilité au quotidien !

Voilà pour aujourd’hui !
J’espère que cet article vous aura plu !
Si tel est le cas, n’hésitez pas à le commenter, à le liker, à le partager sur les réseaux sociaux et à épingler mes photos sur Pinterest !

ET VOUS :

  • Connaissez-vous des personnes hypersensibles ?
  • Si oui, est-ce facile pour vous de les aider et les soutenir au quotidien ?
  • Si non, pensez-vous qu’il soit facile de mettre quelques astuces en place pour mieux vivre cette hypersensibilité ?

Je vous souhaite une belle journée, merci pour vos commentaires !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Comment gérer et mieux vivre son hypersensibilité ?

  1. Coucou ma belle. Je découvre par ton récit ton hypersensibilité. Je ne dirais pas que je le suis aussi mais je me retrouve dans certaines de tes phrases. Je suis stressée lorsque je dois faire quelque chose qui sort de l’ordinaire, impossible de dormir ou de penser à autres chose. Je ne conduis quasiment jamais toute seule. Je pleure toujours devant les films. Mais par contre je ne regarde que des films feel good, j’ai du mal avec les films qui nous font remettre en question et encore pire les films tirés d’histoire vraie (idem pour les livres) Je ne fais plus trop de crise d’angoisse mais j’ai toujours mon roll on sur moi au cas ou 🙂
    Bisous <3

  2. Coucou,

    Encore un article très intéressant. J’avais déjà adoré lire la premiere partie sur l’hypersensibilité 🙂

    Gros bisous