L’homme qui voulait être heureux, Laurent Gounelle


Salut tout le monde,

Aujourd’hui, je voudrais vous parler d’un livre qui vaut vraiment la peine d’être lu !
Il s’agit de L’homme qui voulait être heureux.

1. Les informations techniques.

Titre : L’homme qui voulait être heureux.
Auteur du livre : Laurent GOUNELLE.
Édition : éditions Anne Carrière.
Genre : PNL (développement personnel).
Nombre de pages : 225 pages.
Date de publication : novembre 2009.

2. L’histoire (quatrième de couverture).

« Imaginez…
Vous êtes en vacances à Bali et, peu de temps avant votre retour, vous consultez un vieux guérisseur. Sans raison particulière, juste parce que sa grande réputation vous a donné envie de le rencontrer, au cas où…
Son diagnostic est formel : vous êtes en bonne santé, mais vous n’êtes pas heureux.
Porteur d’une sagesse infinie, ce vieil homme semble vous connaître mieux que vous-même. L’éclairage très particulier qu’il apporte à votre vécu va vous entraîner dans l’aventure la plus captivante qui soit : celle de la découverte de soi. Les expériences dans lesquelles il vous conduit vont bouleverser votre vie, en vous donnant les clés d’une existence à la hauteur de vos rêves.
Avec L’homme qui voulait être heureux, c’est tout un monde de possibilités nouvelles qui s’ouvre à nous à la lecture de cette histoire passionnante, où l’on découvre comment se libérer de ce qui nous empêche d’être vraiment heureux ».


9782843374708

3. Mon avis.

– Ce livre est une véritable merveille. C’est une fois de plus mon amie Yara qui me l’a fait découvrir et je l’en remercie énormément.
– Tout d’abord, je tiens à préciser que le titre du livre m’a beaucoup intriguée. J’ai pensé qu’à la fin de cet ouvrage, j’aurais peut-être enfin trouvé la clef du bonheur.
– Ce livre relate l’histoire d’un enseignant nommé Julian en vacances à Bali. Il fait la connaissance d’une sorte de maître guérisseur qui exerce dans un village. Ce maître est censé soigner les êtres humains tant physiquement que moralement.
Mais comment cet être hors du commun va-t-il s’y prendre pour soigner Julian et par quel mal est-il rongé ?

– Si j’ai été de prime abord très surprise par ce livre, je n’en ai pas moins été très touchée.
Il m’a notamment appris que nous sommes les seuls à pouvoir nous contenter de ce que nous avons à nous rendre heureux. Encore faut-il savoir se – fixer des limites à ne pas dépasser et ne pas en vouloir toujours plus. Sinon c’est sans fin, et nous ne parvenons jamais à trouver le bonheur et la paix intérieure.

– En tout cas, nous sommes immédiatement en immersion et transportés dans la tête de Julian. J’ai beaucoup aimé cette sensation. En route pour un voyage vers le cœur de l’Homme : tout ceci n’est qu’une énergie positive.
Par ailleurs, ce livre nous explique également que chacun croit sa propre réalité. Dans ses gestes, sa façon d’agir, tout renforce ses croyances.

– Mais comment viennent nos premières croyances ? Viennent-elles nécessairement de notre enfance et que faire pour les éloignes de nous ? Comment pouvons-nous savoir qui nous sommes vraiment ? Les autres ne nous influencent-ils pas à devenir ce qui est notre essence même ?
Ce livre soulève de nombreuses questions mais les questions précédentes me semblent les plus essentielles.

– Alors si comme moi vous avez la tête pleine de rêves, listez-les sur une feuille et tenter de les réaliser chaque jour. S’ils sont le fruit de vos efforts, vous n’en serez que plus heureux ! N’oubliez pas qu’il n’est jamais trop tard pour vivre ses rêves et non rêver sa vie.

– Ce livre est une véritable bouffée d’oxygène et je vous le recommande vivement. Le style est émouvant et le livre fait beaucoup réfléchir. Peut-être vous sentirez-vous apaisé à la fin du livre ; je vous le souhaite.

° Je vous laisse avec quelques citations. Elles vous montreront le ton du livre et j’espère qu’elles vous plairont :
– « Votre problème n’est pas votre physique, mais ce que vous croyez de sa perception par les femmes » (Page 23).
« Ce qui plait aux femmes, c’est ce qui émane de votre personne, c’est tout. Et cela découle directement de l’image que vous vous faites de vous-même. Quand on croit quelque chose sur soi, que ce soit en positif ou en négatif, on se comporte d’une manière qui reflète cette chose » (Page 28).
« Ce que l’on croit de la réalité, du monde environnant, agit comme un filtre, comme une paire de lunettes sélective qui nous amène à surtout voir les détails allant dans le sens de ce que nous croyons… Si bien que cela renforce nos croyances. La boucle est bouclée » (Page 65).
« Nous avons tous développé des croyances sur nous, sur les autres, sur nos relations aux autres, sur le monde qui nous entoure, sur à peu près tout, depuis notre capacité de réussir nos études jusqu’à l’éducation de nos enfants, en passant par notre évolution professionnelle et nos relations conjugales. Chacun de nous porte en lui une constellation de croyances. Elles sont innombrables et dirigent notre vie » (Page 69).
« Seuls les plus rapides s’en sortent. Ceux qui traînaillent, papillonnent ou s’accordent des plaisirs meurent. Il faut toujours aller de l’avant » (Page 89).
« Le mot « peur » avait un écho particulier en moi. Pendant quelques instants, il résonna comme un gong dans ma cage thoracique, un gong dont les vibrations descendaient profondément dans les méandres de ma personnalité » (Page 123).
« Il y a des circonstances où l’on est amené à faire des choix, donc à renoncer à des choses auxquelles on tient, pour aller vers ce que l’on a le plus à cœur, dit-il le plus simplement du monde » (Page 127).
« Quand vous parlez d’un projet autour de vous, vous recevez trois types de réactions : les neutres, les réactions d’encouragement et les réactions négatives qui tendent à vous renoncer » (Page 160).
« Moi qui suis maintenant au seuil de ma vie, je deviens convaincu que l’amour est la solution à la plupart des problèmes que rencontrent les êtres humains dans leur vie. Cela peut sembler une idée simple, convenue, et pourtant pratiquement personne ne la met en œuvre, car il est souvent difficile d’aimer » (Page 165).
« Vous citez un cas extrême, mais il est vrai que les gens ont tendance à se comporter selon la façon dont on les voit, à s’identifier à ce que l’on perçoit en eux » (Page 168).
« Quel que soit le niveau matériel auquel on aspire, on désire plus dès qu’on l’a atteint. C’est vraiment une course sans fin » (Page 173).
« Une vie réussie est une vie que l’on a menée conformément à ses souhaits, en agissant toujours en accord avec ses valeurs, en donnant le meilleur de soi-même dans ce que l’on fait, en restant en harmonie avec qui l’on est, et, si possible, une vie qui nous a donné l’occasion de nous dépasser, de nous consacrer à autre chose qu’à nous-mêmes et d’apporter quelque chose à l’humanité, même très humblement, même si c’est infime. Une petite plume d’oiseau confiée au vent. Un sourire pour les autres » (Page 179).
« J’avais réussi à surmonter ma paresse, à mobiliser mon courage et mes forces, à aller au bout de ma décision, et maintenant je me sentais tout-puissant » (Page 216).
« C’est à toi de choisir et de vivre ta vie » (Page 221).

~~ Et pour vous, quel est le secret du bonheur ?
~~ Quels sont vos rêves secrets et essayez-vous de les réaliser ?
~~ Enfin, connaissez-vous cet auteur ? Ce livre pourrait-il vous plaire ?

Je vous souhaite une bonne journée, merci de me suivre !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 commentaires sur “L’homme qui voulait être heureux, Laurent Gounelle

  1. Juste un petit coucou ! Bisous

  2. Je ne connais pas non, mais oui ce livre pourrait me plaire 🙂

  3. Une lecture qui vaut vraiment la peine et qui nous remet les pendules à l’heure. Je pense que tout le monde devrait ouvrir ce livre et lire son contenu très véridique !

  4. j’ai bien aimé ce livre très optimiste

  5. contente que ce livre t’ait plu ! un livre à lire, voire à relier ! 😉

  6. J’ai également lu et adoré ce bouquin, qui je l’avoue m’a aidé à prendre conscience du lacher prise et du bien à se reconcentrer sur l’essentiel. Je ne peux que le conseiller ce que j’ai du retse
    déjà fait.Je pense que je relirai un jour ce livre tant il apporte du bien.

    Bonne soirée

  7. blog(fermaton.over-blog.com),No-4-THÉORÈME MON COEUR .- Un humain heureux.

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer