Arrête, arrête, de Serge Bramly


Salut tout le monde,

Je vous retrouve aujourd’hui pour une chronique lecture.
Je voulais vous parler du roman Arrête, arrête, de Serge Bramly. J’ai eu la chance de découvrir ce livre via PriceMinister, que je remercie vivement !

1. Les informations techniques.

– Titre : Arrête, arrête.
– Auteur : Serge BRAMLY.
– Éditions : Nil.
– Genre : contemporain ; drame.
– Nombre de pages : 122 pages.
– Date de publication : août 2013.

2. L’histoire (quatrième de couverture).

« Peu de temps avant la fin de sa peine, un détenu en liberté conditionnelle coupe son bracelet électronique. Il dit adieu à sa fille et s’enfuit à Paris.
Personne ne comprend la raison de cette cavale.
Après seize ans de prison, Vincent semble avoir perdu la tête. Ou peut-être prépare-t-il un coup…

Alors que la police le traque, il remonte les Champs-Elysées, les mains dans les poches.
Le regard d’une femme le trouble. Une jeune femme pâle et languide, qu’il croit reconnaître, quelques heures plus tard, dans la pénombre d’un club échangiste où il a trouvé refuge…

Comment l’amour peut-il éclore dans un tel endroit ?
Les sentiments brilleraient-ils d’un éclat particulier lorsqu’ils fleurissent au bord du gouffre ? »
.

arrête-arrête-serge-bramly

Crédits photo.

3. Mon avis sur Arrête, arrête.

Lorsque j’ai eu l’opportunité de choisir un livre paru lors de la dernière rentrée littéraire, j’ai longuement hésité. J’ai opté pour Arrête, Arrête parce qu’il me semblait assez original et intéressant. Il est vrai qu’on ne parle pas souvent de la prison. C’est pour cette raison que j’ai choisi ce livre et non un autre.

Ce livre retrace l’histoire de Vincent, qui a presque purgé sa peine. Il a coupé son bracelet électronique sans qu’on en comprenne la raison. « La confiance, l’écoute, la bienveillance ne seraient-elles pas plus productives ? » (page 8).
Vincent est passé voir sa fille en banlieue parisienne. Il lui a emprunté sa voiture puis il est parti pour Paris. Pourtant, un tel comportement est risqué. « Selon la loi, couper son bracelet électronique, c’est s’évader » (page 23). Alors pourquoi fait-il tout cela ?

Vincent semble avoir un objectif en tête. Nous suivons les méandres de ses pensées. Comme un flot continu, le lecteur semble entendre sa voix. Vincent poursuit sa route et se rend ainsi sur les Champs-Elysées. Il y rencontre une jeune femme qui attire son attention dans une boite d’échangisme. Il sort de la boite et la jeune femme aussi. Elle se nomme Anne-Gisèle.
Il est attiré par cette jeune femme mais il ne sait pas quoi faire. Il hésite. Elle ne semblait pas faire partie de son programme du jour. Il décide de lui dire la vérité : il lui avoue qu’il est recherché par la police. Anne-Gisèle ne prend pas la fuite. Il s’attache à elle et ils vivent de courts mais intenses instants.

Tout au long du roman, nous en apprenons davantage sur le passé de Vincent. Il avait été pris suite à une altercation dans le milieu du jeu et il aurait été arrêté à 16 ans pour meurtre.
Mais pourquoi a t-il coupé son bracelet électronique est le fil rouge de l’histoire. L’intrigue est bien menée. J’ai beaucoup aimé l’alternance point de vue de Vincent / enquête des policiers qui s’affairent pour retrouver Vincent. Mais je m’attendais à une intrigue policière plus complexe, nouée de pièges à déjouer. J’aurais souhaité davantage de rebondissements et pourquoi pas une course poursuite de la police avec Vincent.

La fin du roman n’est pas particulièrement haletante mais elle est bouleversante. Vincent a emprunté un pistolet et il est armé. Il a en effet une tumeur ; il ne lui reste plus qu’un an à vivre. Il n’a pas coupé son bracelet électronique pour nuire à quiconque mais bel et bien pour vivre pleinement une dernière fois, dixit la lettre qu’il a écrit à son frère avant de disparaître. Pour mettre fin à ses jours, Vincent se tire une balle dans un commissariat. C’est son frère qui raconte cette histoire poignante.

Ce livre est très court, c’est tellement dommage, j’aurais aimé un roman un peu plus consistant ! J’aurais apprécié également une histoire davantage centrée sur la maladie de Vincent ainsi que sur son passé. La fin est trop courte, trop brutale, trop saccadée mais elle n’en reste pas moins touchante et émouvante.

4. En bref.

Si ce roman pourrait être un meilleur cru, il a quand même su me séduire par son histoire originale et sa fin touchante. Je ne peux que vous conseiller de le lire pour vous faire votre propre opinion.

Voilà pour aujourd’hui !
Encore merci à PriceMinister pour cette découverte !

~~ Et vous, avez-vous lu ce livre ?
~~ Si oui, qu’en pensez-vous ?
~~ Si non, pourrait-il vous tenter ?
~~ Quels sont vos derniers livres lus ?

Je vous souhaite une bonne journée, merci de me suivre !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un commentaire sur “Arrête, arrête, de Serge Bramly

  1. LesLecturesdeBibliophile sur dit :

    Je suis totalement d’accord avec toi sur la longueur du roman qui ne m’a pas suffit et sur le fait d’une fin trop rapide aussi. Je suis restée sur ma faim ! Dommage !

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer