La Mécanique du Coeur, Mathias Malzieu


J’ai tellement entendu parler de La Mécanique du Coeur par des amis comme par des bloggueurs qu’il fallait absolument que je lise ce livre.

° L’histoire (quatrième de couverture) :

“Edimbourg, 1874 : le jour le plus froid du monde. Lorsque Jack naît, son coeur gelé se brise immédiatement. La sage-femme le remplace par une horloge et le sauve.
Depuis lors, il doit prendre soin d’en remonter chaque matin le mécanisme. Mais gare aux passions ! Le regard de braise d’une petite chanteuse andalouse va mettre le coeur de Jack à rude épreuve…”

lamecanique1

 ° Mon avis :

Un conte agréable qui se lit vraiment vite.

 Le lecteur est mis dans l’ambiance dès la première page du livre, ce conte sera poétique :

“Premièrement, ne touche pas à tes aiguilles. Deuxièmement, maîtrise ta colère. Troisièmement, ne te laisse jamais, au grand jamais, tomber amoureux. Car alors pour toujours à l’horloge de ton coeur la grande aiguille des heures transpercera ta peau, tes os imploseront, et la mécanique du coeur sera brisée de nouveau.”

Les phrases s’enchaînent et le style est toujours aussi fluide, aussi beau, la plume est une véritable merveille :

“Seules les horloges continuent de faire battre le coeur de la ville comme si de rien n’était” (Pages 14 et 15).
“Les premiers faisceaux de lumière rebondissent sur la neige et viennent se faufiler à travers les volets.
[…]
Puis elle se met à recoudre ma poitrine à la manière d’un grand couturier.
[…]
Ma mère dit que je ressemble à un gros flocon avec des aiguilles qui dépassent. Madeleine répond que c’est un bon moyen de me retrouver en cas de tempête de neige (Page 17).
“Le mystère qui entoure cette petite chanteuse m’émoustille. Je fais une collection d’images mentales de ses longs cils, de ses fossettes, de son nez parfait et des ondulations de ses lèvres. J’entretiens son souvenir comme on prendrait soin d’une fleur délicate” (Page 31).

Le style est doux et poétique, et pourtant l’histoire est cruelle. Un contraste original qui ne vous laissera pas indifférent.

Le petit Jack est en effet humilié quotidiennement par Joe lorsqu’il va à l’école. Mais las des humiliations il finira par se venger et partira à la recherche de “la petite chanteuse” qui le fait tant rêver.

Dans ce conte, les descriptions sont sublimes, tant les descriptions physiques que les descriptions des villes.

“Je traverse la Seine, l’élégance de la cathédrale géante me donne le torticolis. […] Cette ville est une pièce montée de pavés avec un sacré-coeur posé dessus” (Page 60).
“Je dois faire la queue comme tout le monde alors que je ne demande pas un aotographe, seulement la lune” (Page 72).
“Elle a ce petit rire, léger comme une cascade de perles effleurant un xylophone” (Page 81).
“Je ne peux plus me passer de sa présence ; l’odeur de sa peau, le son de sa voix, ses petites façons d’être la fille la plus forte et la plus fragile du monde. Sa manie de ne pas mettre de lunettes pour voir le monde à travers l’écran de fumée de sa vue abîmée ; sa façon à elle de se protéger. Voir sans voir vraiment et, surtout, sans se faire remarquer” (Page 90).

Tout au long de ce conte, le lecteur sera séduit par le personnage de Jack, comment ne pas s’y attacher ? Ce petit garçon sans grande confiance en lui, assez fragile avec son coeur-horloge mais qui tombe si vite amoureux de “la petite chanteuse”. Il partira d’ailleurs à sa recherche en Andalousie.
Sa vie n’est pas facile, les gens le regardent souvent curieusement et pour cause : son coeur-horloge fait du bruit et se fait entendre.
J’ai aimé le style de l’auteur, j’ai pu me représenter les personnages et les décors avec précision.
J’ai apprécié l’histoire également, qui m’a transportée dans un univers fantastique, cruel et léger à la fois.

De plus, les personnages sont tous originaux. “La petite chanteuse” qui se cogne partout ne veut peut-être pas voir le monde tel qu’il est vraiment ? Madeleine qui ne souhaite pas voir grandir le petit Jack et qui souhaiterait qu’il ne tombe jamais amoureux pour ne pas souffrir. Et Jack bien sûr, que nous suivrons dans de folles aventures et que nous verrons grandir et évoluer peu à peu.

Au-delà de ces aspects, le lecteur pourra y voir des réflexions sur la différence :

Comment se faire accepter par les autres si nous ne sommes pas comme eux ? Comment s’en sortir si on ne peut pas se fondre dans la masse ? Peut-on malgré tout parvenir à trouver le bonheur ?

Vous verrez que ce livre vous réservera bien des rebondissements et des surprises. De plus, j’ai trouvé la fin assez floue et curieuse. Jack pourra t-il être heureux avec “la petite chanteuse” ?

En résumé donc, j’ai passé un très bon moment avec ce livre et je vous le recommande vivement. Le style féerique vous transportera dans un univers magique que vous n’oublierez pas.

Pour celles et ceux qui seraient intéressés, sachez que vous pourrez accompagner votre lecteur avec la musique du groupe Dionysos, cliquez ici.

– Et vous, avez-vous lu ce livre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ?
– Pensez-vous qu’un être humain différent des autres puisse parvenir à être heureux dans notre société ?

Laisser un commentaire

Répondre à Abaca Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 commentaires sur “La Mécanique du Coeur, Mathias Malzieu

  1. Si j’ai adoré le début du roman, j’ai trouvé que la suite perdait de sa fraîcheur et la fin est décevante.

  2. J’adore ce bouquin ! Le film est prévu courant 2011, dans une ambiance très “l’étrange noël de Monsiueur Jack”, j’ai hâte de voir ça !

  3. Si je commence à lire cet auteur, ce sera avec ce titre dont j’entends beaucoup de bien.

  4. J’ai trouvé ce conte également très beau ! Je l’ai lu en écoutant l’album qui lui correspond, c’était super !

  5. j’ai beaucoup aimé ce livre! par contre, je n’ai pas aimé “Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi” 🙁 trop personnel sans doute…

  6. kikoo !

     

    J’avais moyennement aimé ce livre mais bon pas mauvais non plu.

    Bonne lecture belle semaine.

    Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

  7. Perso, j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire. Mais une fois lancée, ce fut un très beau conte, en effet.

  8. Un livre très poétique en effet.

  9. Un soir où je n’avais rien à faire, j’ai lu la moitié … et j’ai oublié de le continuer –“.

  10. HEllo, Je connaissais la chanson de Dyonisos sur ce livre et j’adore. Ton despcriptif me donne envie de le lire 🙂

    merci

     

  11. Je l’ai lu l’année dernière 🙂 Et je l’adore ! Je l’ai lu d’une traite !

  12. great and nice post

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer